Monétariser pour guider ses choix


  29 octobre 2019

La monétarisation permet de donner une valeur (Euro) aux impacts environnementaux et sociétaux générés par une activité. Évaluer monétairement ce que rapporte un service écosystémique ( service rendu par la nature) fait prendre conscience de sa valeur économique, en utilisant une unité qui parle à tous. De plus en plus d’entreprises souhaitent également mieux évaluer  les impacts directs et indirects de leur production. Il existe déjà des outils comme le bilan CO2, ou l’Analyse de Cycle de Vie (ACV) . L’idée avec le principe de monétarisation est d’aller plus loin  en rajoutant une dimension monétaire à l’évaluation d’impact.

Retours d’expérience :

Quel intérêt pour un papetier, qui respecte déjà la règlementation, d’investir dans une technologie supplémentaire pour réduire ses nuisances olfactives ? Aucun si ce papetier reste sur une logique « individuelle ».

En revanche, s’il fait de la monétarisation et qu’il évalue les conséquences économiques indirecte de son activité (exemple : perte de valeur du m² constructible autour de l’usine à cause des odeurs…), il va s’apercevoir que le coût de l’inaction est plus élevé que celui de l’action.

Après un travail de monétarisation il connaitra la perte de valeur pour les parties prenantes du territoire liée à ses nuisances environnementales. Une collaboration pourra alors être envisagée avec la collectivité pour que les deux parties soient gagnantes de cet engagement. En effet la subvention pour mettre en place une technologie d’abattement d’odeurs représente un gain de valeur territoriale et un coût global moins important. De manière globale, une image positive du territoire est donc véhiculée.

  

Exemple de quelques références APESA pour la monétarisation : 

-        Smurfit avec le cas du papetier ci-dessus

-        ADEME en vue d’étudier la possibilité de mise en place d’une taxe environnementale qui inclurait les impacts environnementaux indirects

-        Maïsadour étude de la création de valeur locale : emploi, impacts environnementaux, etc…

-        Téréga impacts indirects en lien avec les émissions de gaz à effet de serre, les consommations énergétiques, la gestion des déchets… impact économique pour la société …. Evolutions économiques à venir …. Meilleure connaissance pour discuter avec les autorités représentatives de l’Etat…

Contact : Louis Dupuy

Voir aussi d'autres actualités de la même catégorie

Etes-vous prêt pour la certification NADCAP ?

17 janvier 2020
NADCAP (pour National Aerospace and Defense Contractors Accreditation Program) est le principal programme de collaboration entre les acteurs mondiaux des industries aéronautique et de défense. L'accréditation NADCAP devient progressivement le référentiel sans lequel il devient très difficile d'être référencé dans l'industrie aéronautique. L’APESA vous accompagne dans l’obtention de cette certification.


La RSE, clé de votre performance ?

17 janvier 2020
La Région Nouvelle-Aquitaine a lancé l’appel à projet RSE pour accompagner les entreprises dans la concrétisation de leurs engagements vers un développement durable par une démarche d’amélioration continue. Une opportunité pour améliorer votre performance grâce à la Responsabilité Sociétale. Nos experts pluridisciplinaires sont à vos côtés pour poser le cadre d’une stratégie RSE pertinente dans votre secteur en tenant compte de votre culture d’entreprise.


Comment (re)mettre la biodiversité au cœur de votre stratégie ?

17 janvier 2020
Face aux enjeux de dégradation et de vulnérabilité à la biodiversité, une analyse de la chaine de valeurs des produits et services de l’entreprise permet d’évaluer ses impacts. Cette mesure met en exergue les valeurs économiques, environnementales et sociales créées par l’activité et stimule la mise en place de solutions contributrices à l’accélération de la transition écologique tant pour la biodiversité que sur le Carbone, l’énergie ou les matériaux.


Loi économie circulaire : tendre vers zéro déchet ?

17 janvier 2020
Adopté par l’Assemblée Nationale, le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire vise à accompagner une transition profonde des modèles de production. La loi rend désormais obligatoire le réemploi, la réutilisation ou le recyclage des invendus par les producteurs, importateurs ou distributeurs de produits neufs. Au sein de l’APESA nous disposons de compétences pour vous aider dans ces changements.


Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP