Têtes chercheuses


Scrollez et découvrez les chercheurs de notre pôle de recherche appliquée à travers une série de portraits. Notre motivation est de vous faire découvrir les expertises et la dynamique prospective dans laquelle nous nous inscrivons avec l’ambition de favoriser un transfert rapide vers des solutions opérationnelles pour les territoires et les entreprises.

#6 portrait de Romain Allais - à venir

#5 portrait de Benjamin Tyl

#4 Portrait de Romain Gayral 

#3 Portrait de Laurent Dumergues 

#2 Portrait de Florian Monlau

#1 Portrait de Louis Dupuy

 

Portrait de Romain Allais

Cursus

Ingénieur de recherche à l’APESA en transition pour la durabilité

Chercheur associé à PACTE, UMR CNRS 5194, Université Grenoble-Alpes (2017-2019)

Qualification CNU section 60 “mécanique, génie mécanique” (2016)

Docteur en développement durable de l’Université de Technologie de Troyes (2015) 

Thématiques : transition pour la durabilité, innovation organisationnelle, conception durable

Page Research Gate

Page Google Scholar

Page LinkedIn

« Ma recherche vise à comprendre les interactions entre les activités de conception au sens large et les processus décisionnels dans l’entreprise industrielle d’une part et les interactions entre les organisations et leurs territoires d’autre part. L’analyse de ces interactions au prisme de la durabilité, permet dans un second temps de développer des outils d’aide à la décision pour accompagner les organisations (entreprise industrielle, réseau d’acteur) dans une transition vers la durabilité. »

 

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Ma culture « ingénierie » teinte fortement ma recherche. En effet, lors de ma thèse « transition systémique pour un développement durable : entre conception et territoire », j’ai agis comme un assembleur de solutions existantes (théories, méthodes et outils). Ma valeur ajoutée étant de donner une cohérence entre ces différents éléments et de modifier, détourner l’usage habituel de certains outils.

La 5 Dimensions Sustainability Transition Method (5D-STM) est la méthode que j’ai développée lors de ma thèse et sur laquelle je continue de travailler depuis.

L’architecture de cette méthode est calquée sur la Framework for Strategic Sustainable Development (FSSD), méthode de planification stratégique développée depuis les années 80 en Suède et aujourd’hui déployée à travers le monde. Cette méthode se décompose en 5 niveaux pour chacun desquels j’ai développé une perspective et des solutions nouvelles.

  • Niveau ‘système’ : Il s’agit de mettre en lumière les principes constitutionnels du système, ce sont des principes généraux (paradigmes, règles du jeu) qui régissent le fonctionnement du système considéré comme pertinent pour la réussite des efforts de planification. Ce système peut être une entreprise, une filière, une chaine de valeur, un territoire…la planète.

Mon travail ici est, en fonction des problématiques à traiter, de développer des modèles descriptifs des flux de ressources matérielles et immatérielles et de décisions afin de comprendre comment le système fonctionne. Mon approche pour la création de ces modèles est basée sur la systémique (De Rosnay, 1975) et le détournement d’outils de comptabilité extra-financière (ex. Fustec et Al., 2013).

Une fois le modèle réalisé, il faut le renseigner en allant chercher les informations auprès des acteurs du système lors d’entretiens. Une compétence « Sciences Humaines » est ici indispensable. Je la trouve à travers des collaborations avec, par exemple, Julie Gobert, chercheure avec qui je développe aujourd’hui un modèle d’analyse de projets territoriaux dans le cadre du projet RECYLUSE.

  • Niveau ‘succès’ :  il s’agit ici de comprendre quelles sont les conditions nécessaires au succès dans le système considéré. Il est important d’avoir une approche globale, c’est-à-dire de considérer notre système comme un élément du système global : la planète.

La FSSD repose sur la définition séminale du développement durable et ne questionne pas les paradigmes économiques dominants pourtant à l’origine de beaucoup de problématique socio-environnementales. L’illusion d’un possible équilibre entre économie, environnement et sphère sociale est, à mon avis, une limite importe de cette méthode. J’ai adopté une définition hétérodoxe de la durabilité issue des travaux de (Figuière et Rocca, 2008) qui proposent de hiérarchiser les différentes dimensions et de redonner une dimension politique au développement. Les objectifs sont recentrés sur la sphère sociale, le développement Humain étant considéré comme la finalité d’une société. Les limites planétaires sont considérées comme une contrainte à ne pas outrepasser. La sphère politique, en tant que seule légitime pour définir les orientations de développement, doit retrouver une place prépondérante et prendre le pas sur les acteurs économiques. La dimension territoriale doit également être prise en compte pour l’adaptation de ces décisions aux contraintes locales pour le déploiement de solutions adaptées. Finalement, la dimension économique doit soutenir l’ensemble de ces transformations en étant un moyen pour le changement et non plus une fin en soi.

La FSSD oriente la prise de décision stratégique grâce à des principes de durabilité qui, s’ils sont respectés, permettent de définir des trajectoires de transition vers la durabilité. Partant de l’observation que nous avons qu’une planète à disposition, le principe de respect des limites planétaires est décliné en 3 principes environnementaux : non-augmentation des concentrations de substances extraites de la croûte terrestre (1) et des substances produites par la société (2) et non-détérioration des services écosystémiques (3). A ces principes basés sur les limites géophysique de la planète, ont étés ajoutés des principes pour le développement Humain dans les travaux de (Missimier, 2014) : " dans une société durable, les Hommes ne sont pas soumis à des conditions qui diminuent systématiquement leur intégrité, influence, compétence, impartialité et le sens. Le principe d’intégrité consiste à ne pas faire subir de préjudice physique, mental ou émotionnel à l’individu. Le principe d’influence concerne la capacité de l’individu à influencer les systèmes sociaux dont il fait partie et est dépendant. Le principe de compétence concerne la possibilité de chacun de se développer et grandir en phase avec ses aptitudes. Le principe d'impartialité concerne le traitement égalitaire des individus face à d’autres individus ou à des institutions, ce qui équivaut à reconnaitre les mêmes droits et valeurs aux individus. Le principe de sens permet de s’assurer qu’il y a une raison pour un individu de faire partie d’une organisation ou d’un système."

J’ai ajouté aux principes socio-environnementaux de la FSSD, des principes pour répondre aux 5 dimensions de la durabilité listés plus haut. J’ai adopté les principes de gouvernance proposés par (Buclet, 2011) pour considérer l’individus au sein de la société. Le principe de capabilité, issus des travaux d’Amartya Sen, vise à accroitre l’autonomie des individus dans leur capacité à répondre à leurs propres attentes. Le principe de proximité vise à rapprocher le niveau de prise de décision et le niveau impacté par cette décision. Les proximités peuvent être de nature différentes (cognitive, organisationnelle, sociale, institutionnelle et géographique). Le principe de démocratie participative vise à construire un équilibre entre préférences individuelles et intérêt commun face aux enjeux du développement durable.

Cette batterie de principes permet de ‘challenger’ les décisions prises pour la définition de stratégies de transition. La 5D-STM propose différents outils pour accompagner cette prise de décision stratégique (les grilles de maturité de gouvernance, la colonne vertébrale et les tableaux de bords étendus aux immatériels). Ces différents outils combinés permettent à la fois d’avoir une approche stratégique (quelle trajectoire de transition choisir ?), de mettre en action les moyens (outils, ressources…) pour la réalisation de cette stratégie et d’évaluer que les actions répondent bien aux stratégies pour la réussite dans le système. En effet, les grilles de maturité dessinent des trajectoires génériques (ou spécifiques à une problématique donnée) qui intègrent les principes de durabilité et donc assurent une transition dans une direction souhaitable. La colonne vertébrale permet de décliner ces stratégies à des niveaux opérationnels par le déploiement de tableaux de bords étendus aux actifs immatériels.     

L’approche développée dans la 5D-STM est multi-scalaire (activité de conception, entreprise, système industriel, territoire, échelle globale), transdisciplinaire (durabilité, conception intégré, gouvernance d’entreprise) et s’ouvre à des disciplines connexes par des collaborations universitaires et industrielles (sociologie, économie géographique, modèles d’affaire).

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

Les organisations savent aujourd’hui la nécessité de la transition mais les questionnements liés aux changement profonds sont complexes. L’accompagnement est une attente forte des organisations qui ne sont plus des entités isolées mais des acteurs en réseau dépassant souvent les clivages traditionnels (publics, privés, citoyens…).

Ma recherche vise donc à outiller la prise de décision de ces acteurs en essayant de comprendre les interactions entre les organisations et leurs environnements complexes.

Ainsi, le projet RECYLUSE vise à favoriser la transition écologique, économique et sociale vers l’économie circulaire par la promotion de la réparation et de la réutilisation en analysant les représentations des acteurs et singulièrement celles des usagers et en structurant une solution partenariale qui puissent lever les résistances et difficultés identifiées. Nous réalisons dans ce cadre, un modèle ‘filière territoriale de la réparation et du réemploi’ centré sur les recycleries mais intégrants également les citoyens, les metteurs sur le marché, les producteurs et les pouvoirs publiques.

Toujours dans le cadre de RECYLUSE, nous allons réaliser des ateliers collaboratifs (living labs) pour capitaliser les connaissances et les diffuser aux autres acteurs pour la structuration de réseaux territoriaux autour de l’activité de réparation. Les ateliers peuvent être considérés ici comme des moyens pour la réalisation de la stratégie de mise en réseau des acteurs.

Une grille de maturité spécifique a été développée pour un réseau d’acteurs Néo-Aquitain œuvrant pour la croissance verte. Cette grille sur-mesure permet d’évaluer la maturité des impétrants et l’alignement de leurs activités avec la politique du réseau. Certains principes de durabilité ont étés intégrés dans ces grilles pour définir un niveau « idéal » liés aux dimensions d’évaluation.

Quel(s) sont les transfert(s)/projets amorcé(s) ?

Plusieurs projets en lien avec la valorisation de la culture sont en cours de montage. Il s’agit de comprendre les interactions entre un évènement culturel et son territoire dans une perspective de durabilité. Pour cela, nous allons modéliser la chaine de création de valeurs (réseau de parties prenantes, les actifs immatériels et les ressources territoriales), co-construire une vision idéale et les feuilles de route pour la transition de l’organisation dans son écosystème et finalement évaluer l’utilité sociale de l’organisation.

J’interviendrai également pour accompagner à la transition écologique et énergétique des OIM de Bordeaux Métropôle par l’animation d’ateliers créatifs (mise en œuvre des principes de durabilité…) et la co-conception de grilles de maturité avec les acteurs.

 

#5 portrait de Benjamin Tyl

Ingénieur de recherche à l’APESA en éco-innovation

Chercheur associé à l’Institut de Mécanique et d’Ingénierie, CNRS UMR 5295, Université de Bordeaux

Docteur en ingénierie mécanique de l’Université Bordeaux 1 (2011)

Ingénieur INSA Lyon (2007)

Thématiques : Eco-conception, éco-innovation, réemploi, réparation

Page Research

Page LinkedIn

"Mes recherches portent sur l’accompagnement des organisations pour qu’elles intègrent des dimensions environnementales et sociales dans leur processus d’innovation. Pour simplifier, on parlera d’éco-innovation."

Mettre à la disposition des organisations des outils issus de réflexions éco-innovantes pour les tester sur le terrain et définir leurs forces/faiblesses afin d'apporter une continuelle évolution à l'éco-conception.

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Pour être très générique, mon objectif est de comprendre le produit et les acteurs impliqués dans le processus de conception et de production, en allant le plus en amont et aval possible, c’est-à-dire en tenant compte de la ressource jusqu’à la question du réusage, du réemploi et de la réparation. Cela nécessite d’anticiper les scénarios possibles de fin de vie et de se poser la question du territoire (par exemple l’intérêt ou non d’utiliser une ressource territoriale, l’existence ou non sur le territoire d’infrastructures permettant de développer la réparation par exemple…).

Ainsi, plus spécifiquement, mes recherches portent sur l’accompagnement des organisations (entreprises, ONG, acteurs publics) pour qu’elles intègrent des dimensions environnementales et sociales dans leur processus d’innovation (pour simplifier, on parlera d’éco-innovation). Cet accompagnement s’effectue depuis la génération des idées jusqu’au développement de modèles économiques et sociaux. Pour cela, j’ai effectué ma thèse à l’APESA en ingénierie mécanique, (accompagné par l’ESTIA et le laboratoire IMS / Université de Bordeaux), sur le développement d’un outil de créativité permettant de générer des idées à forts potentiels environnementaux et sociaux. Depuis, nous avons accueilli une deuxième thèse (en ingénierie cognitique) portant sur la maturation des idées éco-innovantes. Nous sommes aujourd’hui coordinateur du projet de recherche ALIENNOR, financé par l’ANR, qui nous a permis de développer une méthodologie robuste et systémique à l’éco-innovation.

Mais au-delà de cette thématique « historique » de recherche, et à la suite de rencontres de porteurs d’initiatives dans le Pays Basque, j’ai souhaité focaliser mes travaux sur les enjeux de la réparation et du réemploi, extrêmement prometteurs mais encore largement sous-estimés dans le milieu académique : comment intégrer les enjeux de la réparation dans les processus de conception ? Comment favoriser la collaboration multi acteurs ? Quels sont les modèles économiques soutenables pour les recycleries/ressourceries ? Telles sont les questions que nous souhaitons étudier. Dans cette perspective, nous avons développé un réseau de partenaires français et européens et nous sommes impliqués dans le projet de recherche RECYLUSE qui vise à définir les modalités de mise en place de réseaux territoriaux de réparation, notamment dans le Pays Basque.   

Enfin, je travaille à la marge sur des nouvelles méthodes alternatives à l’ingénierie produit/services qui s’intègrent dans des logiques de post-croissance.  Nous nous attachons par exemple à prendre en compte le cadre théorique proposé par Ivan Illich sur la convivialité et à l’intégrer dans les processus de conception produit. Sur du plus long terme, cela nous permettra d’envisager un perfectionnement de nos outils et méthode d’animation.

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

L’éco-innovation est une thématique dont on parle de plus en plus mais encore trop peu appliquée. Les acteurs sur le terrain sont à la recherche de démarches simples et rapidement intégrables dans leur processus de conception. C’est ce que nous nous efforçons à développer : des méthodologies et outils simples, flexibles et parfaitement adaptables pour les entreprises (nous parlons de micro-outils) et qui pourtant permettent d’explorer efficacement le « champs des possibles » en éco-innovation : depuis une réflexion autour des usages, des services, du territoire, etc.

Nous avons notamment collaboré avec une équipe de designers (Big Bang Project) dans le cadre d’un projet R&D pour améliorer la prise en main et l’usage de nos outils d’éco-innovation. Ainsi nous avons développé une boite à outils ergonomique et « conviviale », sous forme de jeux de plateau.

A travers nos réseaux, nous cherchons par ailleurs toujours à tester nos outils sur le terrain, vers un public d’étudiants, d’académiques français mais aussi européens, et enfin d’entreprises. Nous avons ainsi des retours réguliers sur les forces mais aussi les faiblesses des outils.

Enfin, à l’APESA, nous avons l’opportunité d’être fortement impliqués avec les acteurs du territoire (notamment au Pays Basque en ce qui me concerne). Nous sommes concrètement confrontés aux problématiques issues du terrain, notamment face aux porteurs d’initiatives locales et citoyennes.

Par exemple, le projet RECYLUSE sur le développement de réseaux territoriaux de réparations est directement issu de problématiques identifiées de par notre intégration dans le tissu local (difficulté de développer un modèle économique soutenable, difficulté des entreprises d’intégrer des contraintes de réparation dans les processus de conception, …).

Quel(s) sont les transfert(s)/projets amorcé(s) ?

Nous avons déjà amorcé plusieurs transferts de nos projets de recherche vers les acteurs du territoire.

  • Certains outils que nous avons développés ou explorés (c’est-à-dire découverts et analysés dans la littérature scientifique) sont d’ores et déjà intégrés dans des prestations auprès des entreprises. Par exemple, dans le cadre d’accompagnement à l’éco-conception, nous proposons des séances de créativité avec des outils d’éco-innovation développés dans nos recherches (par exemple l’outil MID pour générer des idées éco-innovantes) ou des outils qui ont été identifiés dans le cadre de nos travaux (par exemple l’outil Value Mapping tool développé notamment par Nancy Bocken pour cartographier la valeur par parties prenantes).
  • Nous commercialisons une première prestation, pour l’agencement d’un bâtiment autour des principes d’économie circulaire et de qualité de vie au travail, directement issue des résultats du projet de recherche ALIENNOR.

Nous pouvons donc désormais proposer un panel d’outils complet aux entreprises et acteurs publics depuis les phases amont de projets (générations d’idées) au développement de modèles économiques soutenables.

Nous sommes également toujours impliqués dans plusieurs projets R&D dont:

  • Le projet ALIENNOR (2016-2019, financement ANR) dont le but est de développer une méthode systémique d'éco-innovation. et comprenant notamment une boîte à outils contenant un nombre limité et opérationnel de mécanismes de stimulations de l’éco-idéation (pour une exploration efficace de toutes les possibilités de conception) et une boîte à outils d'évaluation de la soutenabilité favorisant le choix des concepts les plus prometteurs, en terme de potentiel de valeur économique, sociétale et de réduction d’impact environnemental.
  • Le projet Recyluse (2018-2020, financement ADEME) dont le but est de favoriser la transition écologique, économique et sociale par la promotion de la réparation et de la réutilisation. Nous cherchons notamment à analyser les résistances et difficultés identifiées vis-à-vis des pratiques de réemploi et de réparation, mais également à identifier des modalités de conception adaptées à la réparation des produits, à travers l’organisation de living lab sur la réparation.  Nous travaillons pour cela sur deux territoires : l’agglomération Pays Basque et la communauté de communes Cœur de Savoie.
  • Le projet européen Retrace (Interreg C, 2016-2020) qui cherche à appliquer l’approche « Systemic design » pour favoriser le déploiement de politiques publiques ambitieuses en terme d’économie circulaire axé autour des initiatives locales.
  • Le projet Auzoener (Région Nouvelle Aquitaine, 2018-2020) qui interroge la citoyenneté des coopératives énergétiques.

 

#4 Portrait de Romain Gayral 

Doctorant en géographie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour au sein de l’UMR CNRS Passages – École doctorale des Sciences Sociales et Humanités.

Thèse CIFRE cofinancée APESA / ANRT (Association Nationale Recherche Technologie) entre septembre 2017 et septembre 2020

Thématiques : géographie humaine – transition écologique – appropriation sociétale

Page Research Gate

Page Linkedin

"Mes recherches portent sur la création et la conception d’outils territoriaux innovants favorisant l’appropriation sociétale des projets de transition écologique."

Replacer l’humain, en tant qu’objet naturel et le rapport que nous entretenons avec la Nature, au cœur de nos préoccupations nous permet de parler non plus d’une transition énergétique, économique ou encore sociale mais bien d’une transition écologique, globale. C’est un réel changement de paradigme sociétal.

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Au sein de l’APESA, en tant que chargé de recherche Appropriation Sociétale, je me concentre sur les mécanismes favorisant la mise en place de projets de transition écologique, principalement sur des EPCI ruraux. Je travaille notamment à l’identification des leviers et des freins dans la mise en place des projets de transition. Les principaux sujets que nous abordons se concentrent sur la mise en pratique des projets de transition sur les territoires, à travers :

  • L’accompagnement des territoires en transition et des TEPOS (Territoire à Energie Positive).
  • La mise en place d’animations territoriales.
  • Le test d’outils et de pratiques innovants.

Dans le cadre de ma thèse, mes travaux de recherche s’articulent autour de différents courants géographiques de réflexion épistémologique qui offrent un regard critique du modèle sociétal actuel. « La géographie doit devenir belle, se vouer entièrement à l’émancipation » (S. Springer, 2018). C’est une géographie radicale par les sujets et objets qu’elle aborde ; la transition écologique par le changement de paradigme sociétal. Lors de mes recherches j’aborde également l’institution imaginaire de la société, les construits imaginaires, et l’humanisation des sociétés par la redécouverte de l’espace du bien-vivre.

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

Il existe des outils et des méthodes favorisant la mise en place de projets de transition énergétique. Des méthodes basées sur les échanges de flux inter et intra territoires / entreprises, des outils de concertation, d’intelligence collective, des stratégies territoriales … Nous ne cherchons pas à développer une méthode ou un outil de plus mais à concevoir des outils intégrés dans une démarche de transition écologique globale. Bien plus que des outils, ces « boites à outils » s’adaptent, se transforment, évoluent, avec les territoires et les citoyens. Ces outils doivent se fondre, se mouvoir dans le territoire et la vie des citoyens, doivent être présents mais transparents afin de susciter une émulation territoriale. Nous travaillons à l’émergence de projets de transition par une approche ascendante. Par ces outils, nous souhaitons « aller chercher » les citoyens « habitant, producteur, consommateur, agent et acteur » (G. Di Méo, 2008) ne se sentant pas ou peu concernés par la transition écologique et les problématiques climatiques.

Quel(s) sont les transfert(s)/projets amorcé(s) ?

En tant qu’acteur de la transition écologique, l’Apesa souhaite valoriser ce travail de recherche, avoir une application « terrain » afin de faciliter la mise en place de projets de transition écologique sur les territoires. Cette valorisation est réalisée à travers plusieurs projets qui nous permettent d’aborder différentes questions : qu’est-ce que la transition écologique ? Comment les acteurs d’un territoire perçoivent la transition écologique ? Comment les acteurs d’un espace socialisé perçoivent-ils et s’approprient-ils les problématiques de transition écologique ? Comment des outils innovants peuvent-ils favoriser une appropriation sociétale des projets de transition écologique ?

Exemple d’application :Projet DéCiSiF : Les enjeux locaux de la transition – Décideurs et Citoyens dans un contexte urbain de Signaux Faibles.

Nous travaillons, avec l’appui scientifique du laboratoire Passages de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à la conception, à la réalisation et à l’évaluation des dispositifs de concertation et de médiation auprès d’acteurs socio-économiques du territoire de la communauté d’agglomération de Pau Béarn Pyrénées. L’objectif de ce projet est d’explorer la question de la conscientisation, de l’appropriation et de l’opérationnalisation des projets de transition écologique afin d’impulser des changements de pratiques. Par ce projet nous allons en quête des signaux faibles de la transition écologique.

 

#3 Portrait de Laurent Dumergues

Docteur Ingénieur en Sciences des procédés / Institut National Polytechnique de Toulouse (2003)

 Thèse ADEME

 Thématique : Impacts environnementaux  

Page Research Gate

 « Mes activités portent en partie sur le développement et l’utilisation d’outils permettant d’évaluer et de diminuer les impacts environnementaux d’organisations, de procédés, voire de territoires »

Auteur d’une thèse intitulée « Inventaire des émissions naturelles en région méditerranéenne : application à l'établissement de cadastres détaillés de la zone Marseille-Berre dans le cadre du projet ESCOMPTE. Détermination sur sites de facteurs d'émission spécifiques à la zone d'étude » au sein du Laboratoire LCE/CATAR de l’ENSIACET/INRA, Laurent participe à un projet national visant à mettre en place un outil prévisionnel permettant d’anticiper les pics d’ozone (pollution photochimique) en basse atmosphère (troposphère). Ces pics d’ozone, dangereux pour la santé, sont initiés par différents facteurs tels que l’ensoleillement, la présence d’oxyde d’azote dans l’atmosphère, …ainsi que l’émission de COV- Composés Organiques Volatiles provenant des transports, de l’industrie … et surtout de la végétation !

Un des principaux enseignements de cette expérience est la complexité qui vise à déterminer avec précision les impacts environnementaux et la nécessité d’interdisciplinarité et de multicompétences (mesures sur le terrain associées à de la modélisation informatique (Big Data, SIG,…), collaborations scientifiques, …).

D’un autre côté, pour pouvoir être facilement utilisables et transposables, les méthodes et les outils qui évaluent les impacts environnementaux doivent être simplifiées ou, du moins, rendu accessibles.

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Les activités de l’APESA touchent différents domaines en lien avec l’environnement. Afin de répondre au besoin client, une interdisciplinarité est nécessaire. Par le passé, j’ai travaillé sur la simplification d’outils pour les rendre accessibles tout en assurant une cohérence scientifique dans les domaines de :

  • La comptabilité carbone (ex : Projet Européen ENECO avec la mise en place d’un outil simplifié de « Bilan Carbone » à destination des PME française et espagnoles)
  • L’eau (ex : Projet « Bilan H20 » avec l’Agence de l’Eau Adour Garonne qui a consisté à créer un outil à destination des entreprises leur permettant de calculer leur empreinte « eau » et leurs impacts direct ou indirects sur cette ressource locale.
  • Les impacts environnementaux type « Analyse de cycle de vie » (ex : projet ADEME sur les achats responsables permettant à une vingtaine de PME de réaliser une analyse de cycle de vie simplifiée afin de limiter leurs impacts environnementaux par leur changement de pratiques)

"En parallèle, mon rôle est d’essayer de valoriser les résultats obtenus afin d’aboutir à une réduction effective des impacts environnementaux calculés."

Ainsi je participe à l’élaboration de plans d’action issus des analyses de cycles de vie, des Bilan carbone, des plans mobilités… qui touchent différents domaines (énergie, transport, utilisation de ressources, gestion de déchets, …). Co-construits avec différents collaborateurs de l'APESA et spécialistes externes, ces plans d’action sont adaptés et efficaces depart l'interdisciplinarité mobilisée.

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

Pour l’APESA, il s’agit de répondre aux multiples besoins des client en effectuant une recherche « spécifique » qui se concrétise par des expertises. Les sujets d’explorations sont donc divers et se déclinent sous différentes formes comme le montrent quelques exemples réalisés ces dernières années :

  •  Pour le compte de l’ANVAR (Pau), validation d’une technique de traitement de l’air intérieur par photocatalyse en vue de commercialisation.
  •  Pour le compte du syndicat Mixte de Traitement de Déchet (Pau), expertise dans la Commission d’achat de nez électroniques (zone Cap Ecologia - Lescar)
  •  Pour le compte de l’ADEME (Angers), évaluation d’un projet national présenté dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt «Captage, stockage et la valorisation du CO2»
  •  Pour le compte du CIRED (Paris), animation d’Atelier de réflexion sur la transition énergétique en lien avec le territoire en vue de positionnement national pour la COP 21 de Paris 2015.
  •  Pour le compte de l’ADEME (Angers), expertise des facteurs d’émissions proposés pour être intégrés dans la Base Carbone®.

Quel(s) sont les transfert(s) amorcé(s) ?

Actuellement, deux sujets sont menés avec des attentes concrètes :

  • Le Projet CYCLALG est un projet R&D Poctefa Interreg qui a pour objectif de développer et valider des procédés technologiques qui permettent d’améliorer la rentabilité et la soutenabilité environnementale du procédé d’obtention de biodiesel à travers la cultures de microalgues. Il fédère un réseau de centres technologiques pour développer une bioraffinerie autour des algues. Il a pour objectif d’identifier les voies « rentables » de valorisation des coproduits issus de la transformation d’algues en biodiesel. Les résultats des différentes Analyses de Cycles de Vie (=mesure des impacts environnementaux) menées par l’APESA permettront de donner des pistes d’optimisation (notamment en intégrant des producteurs et des consommateurs locaux).
  • Le projet MODEXT (ADEME) qui consiste à monétariser le différentiel d’impacts environnementaux entre 1 produit de référence et 1 produit amélioré (éco-conçu). Cette étude interdisciplinaire pourrait aboutir à des préconisations visant à instaurer une « TVA circulaire »

Contact : Laurent Dumergues

 

#2 Portrait de Florian Monlau

Docteur en Génie des procédés de l’université de Montpellier (2012)

Thèse cofinancée LBE (Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement) / ADEME

Thématiques : traitement des déchets - bioprocédés

Page Research Gate 

« Mes activités de recherche se focalisent autour du développement de bioprocédés innovants ou de l’amélioration des procédés existants (méthanisation/compostage) pour que le déchet ne soit plus uniquement une fatalité que l’on essaye de traiter, mais un sous-produit de l’activité agricole ou humaine pensé comme une ressource capable de créer de la valeur territoriale »

Auteur d’une thèse intitulée « Application de prétraitements pour augmenter la production de biohydrogène et/ou méthane à partir de résidus lignocellulosiques : lien entre performances et paramètres structuraux et compositionnels » au sein du Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement, Florian Monlau a par la suite poursuivi sur divers post-doctorats (au sein du programme Star Agroenergy, Université de Foggia, Italie puis su projet ANR Hi-Solids au sein de l’INRA-IATE de Montpellier). Florian Monlau explore aujourd’hui au sein de l’APESA la possibilité de transformer les sources de déchets en énergie/et ou produits à valeur ajoutée avec un focus sur le procédé de méthanisation.

« La méthanisation est un véritable vecteur de la transition énergétique permettant la conversion des déchets organiques par des micro-organismes en biogaz, valorisable en injection dans le réseau de gaz (après épuration en biométhane) mais aussi en chaleur et l’électricité ».

La méthanisation applique aussi le principe de l’économie circulaire avec la production d’un digestat : matière organique stabilisé riche en carbone et nutriments servant d’organo-fertilisant.

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Actuellement, en poste au sein de l’APESA en tant que Chargé de recherche, mes activités R&D se focalisent principalement autour de sujets liés à la valorisation déchets en énergie/matière. Nous avons notamment mis en place une forte synergie entre nos activités de prestations des services et bureau d’étude afin d’adapter au mieux nos programmes R&D au besoin client et à la réalité terrain. Je suis actuellement parti prenante dans divers programmes R&D impliquant une collaboration forte avec des acteurs de la sphère industrielle et privée.  Les principaux sujets d’exploration tournent autour de la filière méthanisation et de son amélioration. Nos thématiques de R&D autour de la filière méthanisation reposent sur quatre axes majoritaires :

  1. Prétraitement de la biomasse et incorporation de biomasses nouvelles (algues ; bioplastiques...)
  2. Amélioration du suivi de la filière par des outils innovants
  3. Valorisation des digestats en agronomie ou filière alternative
  4. Etude des impacts économiques, sociétaux et environnementaux (en collaboration avec les activités de l’Apesa autour de l’innovation).

Mon parcours professionnel m’a permis de me perfectionner dans divers domaines et d’avoir une vision large des procédés de traitements existants et des concepts terrains, ce qui est un véritable atout lors de l’assemblage de diverses briques technologiques pour rendre les procédés plus performants et respectueux de l’environnement.

Le pôle valorisation de l’APESA est aujourd’hui partie prenante dans six projets Européens et Nationaux en collaboration avec des acteurs privés, publics dans divers pays (Espagne, Italie, Grèce, Tunisie, Turquie, Maroc...).

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

Si le procédé en lui-même est aujourd’hui bien maitrisé et éprouvé, il n’en reste pas moins que celui-ci nécessite une amélioration continue via des programmes R&D pour pouvoir en obtenir toute sa quintessence. L’intégration de la méthanisation dans un concept plus global de bioraffinerie intégrant une réflexion sur la préparation de la matière (prétraitement, extraction de molécules...), les nouveaux intrants (algues, bioplastiques...) ainsi que  la valorisation des digestats notamment sont des pistes à exploiter pour améliorer la rentabilité de la filière. L’interaction forte avec le bureau d’étude permet de cibler les préoccupations terrains et d’orienter au mieux nos actions R&D. Le développement de la méthanisation au sein d’un territoire passera par une collaboration accrue entre la sphère publique et privée. Dans ce scenario, le Pôle Valorisation de l’APESA constitue un vrai vecteur de transition technologique. 

Quelques exemples concrets d’apport pour la filière :

  • L’application de prétraitement pour améliorer la dégradation des déchets ligneux. L’APESA à une expérience reconnue dans ce domaine avec plusieurs essais à son actif (essai labo mais aussi démonstratif, (cf. essai réalisé avec la société italienne Biobang chez divers exploitants). Nos actions R&D se focalisent sur l’intérêt énergétique et économique de ces filières de prétraitement mais nous gardons un regard critique sur la qualité agronomique et l’altération du digestat qui peut en résulter.
  • L’incorporation de biomasses nouvelles au sein des méthaniseurs. Le développement de la méthanisation a aussi un revers de la médaille, à savoir la course vers les gisements, nécessitant de trouver de nouvelles sources (algues, CIVEs...)
  • Le développement d’outils de suivi de la filière. L’APESA travaille depuis quelques années sur l’utilisation de la Spectroscopie Proche Infrarouge (SPIR) pour le suivi d’indicateurs de la filière de méthanisation à différents niveaux (intrants, process, digestats).
  • La valorisation des digestats qui est une problématique réelle et peu influer sur la rentabilité d’une installation. Si les plans d’épandage sont la solution privilégiée aujourd’hui, certaines problématiques environnementales (lessivage, émissions d’ammoniaque...) et logistiques pourraient nous amener à repenser dans un futur proche leur valorisation en produit à plus forte valeur ajoutée destiné au secteur agricole.

Quel(s) sont les transfert(s)/projets amorcé(s) ?

Pour l’APESA, il s’agit de trouver des solutions innovantes pour améliorer la filière méthanisation de demain. Nous sommes acteurs de divers projets Européens et Nationaux sur les thématiques décrites ci-dessus :

Prétraitement et incorporation de nouveaux intrants : COMPIC (ADEME-Graine): Compostage et méthanisation de couches culottes usagées (2017-2020); BIOPLAST (INTERREG): Développement d’une filière bioplastiques dédiés au secteur agricole (2017-2020); PLASTIMETHA (Financement Région Nouvelle Aquitaine): Valorisation de capsules de café biodégradables en méthanisation (2017-2020) ; CYCLALG (INTERREG): Intégration de la production de biodiesel algale dans un concept de bioraffinerie (2016-2019).

« Le développement du tri et de la collecte des bio déchets à la source sur notre territoire, ouvre un nouvel essor pour la filière méthanisation. Les collectivités et industrielles réfléchissent en parallèle au développement de supports biopastiques biodégradables (sacs de collecte, capsules de café, barquette alimentaire...) qui pourraient être compostés et/ou méthanisés en même temps que les biodéchets. A travers les projets BIOPLAST et PLASTIMETHA, nous nous intéresserons à la fin de vie de ces bioplastiques par compostage et/ou méthanisation. »

Amélioration du suivi de la filière méthanisation : SPIRALE (ADEME-Graine): Suivi de la filière méthanisation par SPIR (2018-2020)

« Le suivi d’indicateurs de stabilité et de performances tout au long de la chaine méthanisation est primordiale dans le pilotage d’une unité. Le projet SPIRALE financé par l’ADEME entend mettre en place un outil d’analyse rapide (laboratoire ou sur site) qui permettra de prédire divers paramètres (intrants, process, digestats) tout au long de l’année donnant une sorte de carte d’identité du méthaniseur. Ce projet se fera en collaboration avec Green Tropism et l’INSA de Toulouse (CRITT GPTE) »

Valorisation des digestats : NoAW (H2020): No agricultural wastes: Turn agricultural wastes in ecological assets (2016-2020); PYRODIGEST (ANR-ERANETMED): Valorisation des effluents oléicoles par un couplage méthanisation et pyrolyse (2018-2021)

« Le projet Eranetmed PYRODIGEST est un excellent exemple de collaboration transfrontalière. Financé par l’ANR, ce projet va regrouper différents jeunes chercheurs du contour Méditerranées pour améliorer les pratiques agricoles. L’APESA travaillera notamment sur tester de nouveaux produits issus de la valorisation des digestats de méthanisation (microalgues, biochar...) en agronomie."

Contact : Florian Monlau

 

#1 Portrait de Louis Dupuy

Docteur en sciences économiques de l’université de Bordeaux (2014)

Thématiques : soutenabilité - territoires résilients

Page Research Gate

« J’essaie de « réparer l’économie » pour qu’elle prenne en compte les nombreux effets indirects, potentiels et non intentionnels des actions des différents acteurs (externalités). »

Auteur d’une thèse intitulée « International trade and sustainability » (Commerce international et DD), Louis Dupuy explore la possibilité d’établir un système d’allocation des ressources qui permette à chacun d’avoir accès à des opportunités d’usage de ces ressources dans le respect des contraintes imposées par l’environnement et plus généralement le monde physique.

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Mes travaux de thèse m’ont conduit à la conclusion, qu’en théorie, le cadre économique conventionnel, basé sur la gestion de divers actifs (capital humain, capital produit) et élargi à la notion de capital naturel, peut réussir à placer les économies du monde dans une situation soutenable, tout en gardant un haut niveau de commerce international.

En pratique cependant, de nombreuses décisions peuvent être prises qui favorisent l’insoutenabilité des modèles de développement : choisir une mauvaise spécialisation internationale (tous les pays du monde qui essaieraient en même temps d’exporter des voitures), sur-consommer les gains du commerce international, ne pas tenir compte des économies d’échelles, etc. 

Un autre problème clef est celui de la substituabilité entre les ressources : le système marche tant que les pays sont prêts à échanger les uns avec les autres et qu’ils sont techniquement capables de mobiliser des ressources substituables dans la production (par exemple s’il faut produire quelque chose qui demande du cuir et qu’il n’y a pas du tout de cuir, cela pose rapidement problème).

Du coup, tout en gardant le cadre théorique qui est plutôt robuste, il faut réfléchir à des solutions pour optimiser le fonctionnement des marchés en tenant compte des véritables limites physiques (imposées par l’environnement) et techniques (imposées par les connaissances humaines). Il faut également tenir compte des limites qui se posent à la capacité des sociétés de s’adapter rapidement, que ce soit dans la demande moyenne de biens (arrêter d’acheter des voitures) ou dans la capacité d’organisation (travailler 60 heures par semaine). 

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

Sur la base de ces premiers travaux, j'ai intégré l’APESA en janvier 2016 avec notamment l’ambition d’approfondir la méthode TERVAL, qui est en fait l’application de cette théorie au cas d’une entreprise. De la même façon qu’un pays doit limiter son impact sur le capital naturel et éviter de laisser se dégrader son capital produit (machines + infrastructures), une entreprise doit avoir un impact au moins positif sur son stock de capital global. 

« Concrètement, une entreprise doit polluer le moins possible et économiser les ressources pour éviter de dégrader le capital naturel, mais elle aura nécessairement un impact résiduel. »

À partir de là, il y a deux options :

- Hypothèse de soutenabilité forte : l’entreprise doit compenser par un investissement en capital environnemental au moins « équivalent » (étape « compenser » de la séquence Eviter - Réparer - Compenser) ou arrêter purement et simplement d’utiliser le stock de capital concerné. C’est là que ça coince généralement si on pense pétrole par exemple.

- Hypothèse de soutenabilité faible : l’entreprise doit compenser par un investissement au moins égal dans du capital social (formation, hausse des salaires ou création d’un fond de pension retraite) ou du capital économique (utiliser du pétrole pour installer des panneaux solaires, ou des machines-outils, si possible moins dispendieuses en énergie).

Nous avons appliqué cette méthodologie de calcul des stocks de capital à deux entreprises du Sud-Ouest. Notre devoir de confidentialité ne nous permet pas de les nommer, mais les deux ont un gros enjeu de gestion du capital naturel.

La faiblesse de cette méthode est que nous ne pouvons pas encore bien faire ressortir le caractère qualitatif de certains actifs : une main d’œuvre qualifiée n’est pas seulement plus chère et plus productive, elle permet aussi de produire des biens qui ne peuvent être produits sans ce travail qualifié.

De façon plus générale, ce travail est intéressant en termes de production d’informations, mais l’indicateur ne se décline pas facilement en plan d’action pour l’entreprise. Il est donc assez adapté à une communication globale (« notre situation nette en développement durable c’est XXX»), mais pas opérationnel.

Pour faire progresser la qualité de cet indicateur, Louis Dupuy travaille à relier ce type d’impact monétarisé à des indicateurs déjà utilisés et à des méthodes d’évaluation d’impact environnemental plus familières des entreprises.

« On intègre la notion de la monétarisation des ACV »

En 2015, je suis rentré en contact avec le Pr. Koji Tokimatsu de Tokyo Tech University. Associé à d’autres chercheurs japonais il a développé un modèle alliant méthodes d’ACV et modélisation macro-économique.

Nous avons finalisé le modèle ensemble et travaillé à l’interprétation des résultats (alliance économiste-ingénieur).

Nous avons co-rédigé un premier article qui estime l’épargne nette ajustée pour l’ensemble des régions du monde pour le siècle à venir : https://www.researchgate.net/publication/315701711_Using_Genuine_Savings_for_Climate_Policy_Evaluation_with_an_Integrated_Assessment_Model

Je me suis rendu au Japon en février-mars 2018 pour finaliser le second article, qui compare différentes façons de calculer cet indicateur et contribuer à un séminaire autour des liens entre sciences naturelles et sciences sociales.

De façon plus général, il y a une foule de questions techniques autour de la bonne façon de A) calculer des impacts environnementaux (par exemple par l’ACV), B) relier ces impacts à des services et des disservices[1] (l’eutrophisation[2] est l’impact, l’absence d’eau potable ou de zone de baignade est le disservice) et C) calculer la valeur monétaire à partir de A et B.

Une partie de ses recherches aujourd’hui consiste donc à étudier A, B et C.

Quel(s) sont les transfert(s) amorcé(s) ?

Pour l’APESA, il s’agit de monétariser ces services. On est donc en plein dans la séquence ABC.

Deux projets gravitent autour de ces questions : comment estimer les impacts environnementaux et sociaux ? Comment faire en sorte que les entreprises les prennent en compte ? Comment proposer une estimation monétaire cohérente de ces impacts ?

- TERFICA : le principe est de comprendre si les stratégies de filière et de territoire jouent un rôle dans l’adoption des comptabilités carbone dans la filière forêt bois. Il s’agira donc d’étudier les stratégies de filières, les stratégies de territoire autour du CO2 et du climat et d’interroger les entreprises sur le poids qu’elles pèsent dans leur propre usage des comptabilités carbone.

- BOUQUET : l’objectif du projet piloté par ITAVI (Institut Technique des filières AVIcole, cunicole et piscicole) est de proposer une estimation des services écosystémiques rendus par les parcours de volailles. Lire l’article complet


[1] Au sens de contraintes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[2] Apport excessif d'éléments nutritifs dans les eaux, entraînant une prolifération végétale, un appauvrissement en oxygène et un déséquilibre de l'écosystème.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Dossiers thématiques

A coté des publications scientifiques, l'APESA met régulièrement à disposition de ses partenaires des documents à caractére un peu plus pédagogiques, sous forme de dossiers thématiques.  ...



Projets de recherche

ECONOMIE CIRCULAIRE, TRANSITION ENERGETIQUE, RESPONSABILITE SOCIETALE , sont les trois mots clés que l'on retrouve en filigrane dans  tout le programme de Recherche et Développement de l'APESA. Tant au niveau national avec la loi sur la transition énergétique (qui inclut l’Economie Circulaire) qu’au niveau régional (Aquitaine Energie Positive, Plan d’action régional pour l’économie circulaire) la transition écologique est en marche. Cette ...



Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP