TERROIR, un programme de recherche sur le réemploi et la réparation


  14 avril 2020

Dans une logique d’économie des ressources et d’économie circulaire, il est indispensable de prolonger la vie de nos objets quotidiens. Et pourtant le développement de la nouvelle « filière » du réemploi et de la réparation se heurte à de multiples freins. Une des pistes pour accélérer ce développement, c’est la mutualisation des ressources matérielles et immatérielles par la création de systèmes territoriaux du réemploi. C’est l'objet du programme de recherche TERROIR financé par l’ADEME et mené par l’APESA, en collaboration avec CAP3C et l’Unité Mixte de Recherche Passages.

Partant d’une expérience en cours  de système territorial du réemploi  ( le collectif IKOS sur Bordeaux)  et d’autres expériences françaises dans le domaine du réemploi et de la réparation, le projet TERROIR se propose de travailler sur l’appréhension et la mise en commun de visions et valeurs différenciées autour d’un tel objet, la construction d’ un modèle de gouvernance multi-partenariale par l’analyse critique des architectures méthodologiques permettant d’aider les acteurs à la mise en place d’écosystème intégrés dans son territoire et l’illustration par la mise en place effectives d’ateliers auprès de porteurs de projets

Le projet TERROIR s’intéressera d’autre part  aux conditions d’une intégration territoriale d'un écosystème de réemploi et de réparation  en étudiant le contexte politique et  les flux économiques et physiques entre l'écosystème et le territoire et en évaluant les externalités associés à l'écosystème

Ce projet de recherche permet de se faire croiser les diverses compétences de recherche de l’APESA : eco innovation, conception et durabilité, économie et développement soutenable des territoires, géographie.

Contacts : Romain Allais, Aude Pottier

Voir aussi d'autres actualités de la même catégorie

Le prix du carbone

12 février 2021
La traduction de l’urgence de décarboner peut s’incarner par un prix interne du carbone, reflet de la valeur tutélaire française proposée par l’État. L’APESA travaille aujourd’hui activement à traduire en termes monétaires l’impact sur les émissions des actions menées en matière de décarbonation Cela permet à nos partenaires de mieux cibler leurs investissements dans un contexte de forte augmentation du prix ...



Dialogue territorial

12 février 2021
Décarboner l’économie, c’est aussi passer par l’utilisation du sous-sol, soit pour stocker le CO2, soit pour stocker temporairement de l’Hydrogène, soit pour produire de l’énergie renouvelable décarbonée (géothermie). Depuis plusieurs années, l’APESA a développé une expertise d’intégration territoriale et de dialogue territorial sur ce type de projet, apports et réflexions essentiels pour la mise en œuvre des projets. Aujourd’hui l’APESA ...



Des microalgues pour capter le CO2 industriel

12 février 2021
Pour se développer les microalgues ont besoin de capter du CO2, contribuant à la décarbonation. Ces micro algues peuvent ensuite être valorisées en un spectre de différents poduits : molécules d’intérêt, fertilisants, biomastériaux, biocarburants. A travers plusieurs projets, l’APESA a développé une forte compétence de production de microalgues et tout en valorisant du CO2 industriel et des effluents agricoles et ...



Une opération de dialogue territorial " trois étoiles"

15 décembre 2020
Lors de l'édition 2020 des Trophées de la participation et de la concertation organisés  par Décider Ensemble et la Gazette des Communes , la  démarche de concertation  que nous avons menée en tandem avec un de nos partenaires bordelais pour le SPPPI (Sécrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles) en région PACA sur le sujet de la qualité de l’air ...



Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP