E-BiblioBiblio APESA

DANS LA FORET


Jean Hegland, Editions Gallmeister , 2017

« Dans la forêt », c’est un roman qui nous décrit un « effondrement » qui conduit à un retour à la nature.

Deux jeunes sœurs, Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent avec leurs parents dans une maison isolée au cœur d'une forêt de Californie du Nord :  pas de voisins à moins de six kilomètres et la première ville se trouve à 50 kilomètres.  C’est un choix de vie, celui du père, qui a préféré garder ses filles à la maison plutôt que de les envoyer à l’école, les laissant découvrir par elles-mêmes les choses de la vie dans l’immense forêt qui est au pas de leur porte. Ce père qui porte un regard très critique sur le monde dans lequel il vit : – Tout le monde dans ce pays de branleurs est capitaliste, que les gens le veuillent ou non. Tout le monde dans ce pays fait partie des consommateurs les plus voraces qui soient, avec un taux d’utilisation des ressources vingt fois supérieur à celui de n’importe qui d’autre sur cette pauvre terre. Et Noël est notre occasion en or d’augmenter la cadence.
Bien qu’élevées un peu en marge  , les deux filles nourrissent toutes deux de grandes ambitions pour rentrer dans la société  : passionnée de lecture, Nell se prépare à entrer à Harvard, et Eva veut être danseuse étoile.

Que se passe –t-il ? On ne le saura pas vraiment et ce n’est pas le sujet du roman. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a des « effondrements » : plus d’électricité (plus de lumière, de téléphone, de télévision…), plus d’essence donc plus de possibilité d’aller à la ville. De toutes façons, il n’y plus de denrées dans les magasins qui ont été pillés… bref une société complètement désorganisée, rendue à la violence des individus et à celle des épidémies.

Restant toutes seules suite à la disparition de leurs parents, Nell et Eva vont apprendre à vivre autrement, à faire face à l’inconnu et surtout à faire confiance à la forêt qui les entoure, à la fois hostile et remplie d’inépuisables richesses.

Le roman est écrit du point de vue de Nell. Son journal qui démarre un jour de Noël, nous raconte  au quotidien ses doutes, ses angoisses et ses merveilleuses découvertes.

A travers ce roman d’aventure, Jean Hegland nous fait passer ressentir concrètement la fragilité de notre organisation humaine basée sur la consommation effrénée de ressources et la puissance qu’il y a dans la nature et que nous ne savons plus exploiter.

S’il résonne complétement pour nous en 2020, avec en particulier le moment très particulier qu’a été le premier confinement, il faut noter qu’il a été écrit en 1996 (bien que grand succès aux Etats Unis, il n’a été traduit en français qu’en 2017, soit plus de 20 ans après sa parution).

Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP