Têtes chercheuses #4


Romain Gayral

Doctorant en géographie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour au sein de l’UMR CNRS Passages – École doctorale des Sciences Sociales et Humanités.

Thèse CIFRE cofinancée APESA / ANRT (Association Nationale Recherche Technologie)

Thématiques : géographie humaine – transition écologique – appropriation sociétale

Page Resarch Gate

Page Linkedin

"Mes recherches portent sur la création et la conception d’outils territoriaux innovants favorisant l’appropriation sociétale des projets de transition écologique."

Replacer l’humain, en tant qu’objet naturel et le rapport que nous entretenons avec la Nature, au cœur de nos préoccupations nous permet de parler non plus d’une transition énergétique, économique ou encore sociale mais bien d’une transition écologique, globale. C’est un réel changement de paradigme sociétal.

Quels sont vos sujets d’exploration ?

Au sein de l’APESA, en tant que chargé de recherche Appropriation Sociétale, je me concentre sur les mécanismes favorisant la mise en place de projets de transition écologique, principalement sur des EPCI ruraux. Je travaille notamment à l’identification des leviers et des freins dans la mise en place des projets de transition. Les principaux sujets que nous abordons se concentrent sur la mise en pratique des projets de transition sur les territoires, à travers :

  • L’accompagnement des territoires en transition et des TEPOS (Territoire à Energie Positive).
  • La mise en place d’animations territoriales.
  • Le test d’outils et de pratiques innovants.

Dans le cadre de ma thèse, mes travaux de recherche s’articulent autour de différents courants géographiques de réflexion épistémologique qui offrent un regard critique du modèle sociétal actuel. « La géographie doit devenir belle, se vouer entièrement à l’émancipation » (S. Springer, 2018). C’est une géographie radicale par les sujets et objets qu’elle aborde ; la transition écologique par le changement de paradigme sociétal. Lors de mes recherches j’aborde également l’institution imaginaire de la société, les construits imaginaires, et l’humanisation des sociétés par la redécouverte de l’espace du bien-vivre.

Quelles sont les applications du cadre de recherche aux attentes des acteurs sur le terrain ?

Il existe des outils et des méthodes favorisant la mise en place de projets de transition énergétique. Des méthodes basées sur les échanges de flux inter et intra territoires / entreprises, des outils de concertation, d’intelligence collective, des stratégies territoriales … Nous ne cherchons pas à développer une méthode ou un outil de plus mais à concevoir des outils intégrés dans une démarche de transition écologique globale. Bien plus que des outils, ces « boites à outils » s’adaptent, se transforment, évoluent, avec les territoires et les citoyens. Ces outils doivent se fondre, se mouvoir dans le territoire et la vie des citoyens, doivent être présents mais transparents afin de susciter une émulation territoriale. Nous travaillons à l’émergence de projets de transition par une approche ascendante. Par ces outils, nous souhaitons « aller chercher » les citoyens « habitant, producteur, consommateur, agent et acteur » (G. Di Méo, 2008) ne se sentant pas ou peu concernés par la transition écologique et les problématiques climatiques.

Quel(s) sont les transfert(s)/projets amorcé(s) ?

En tant qu’acteur de la transition écologique, l’Apesa souhaite valoriser ce travail de recherche, avoir une application « terrain » afin de faciliter la mise en place de projets de transition écologique sur les territoires. Cette valorisation est réalisée à travers plusieurs projets qui nous permettent d’aborder différentes questions : qu’est-ce que la transition écologique ? Comment les acteurs d’un territoire perçoivent la transition écologique ? Comment les acteurs d’un espace socialisé perçoivent-ils et s’approprient-ils les problématiques de transition écologique ? Comment des outils innovants peuvent-ils favoriser une appropriation sociétale des projets de transition écologique ?

Exemple d’application :

Projet DéCiSiF : Les enjeux locaux de la transition – Décideurs et Citoyens dans un contexte urbain de Signaux Faibles.

Nous travaillons, avec l’appui scientifique du laboratoire Passages de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à la conception, à la réalisation et à l’évaluation des dispositifs de concertation et de médiation auprès d’acteurs socio-économiques du territoire de la communauté d’agglomération de Pau Béarn Pyrénées. L’objectif de ce projet est d’explorer la question de la conscientisation, de l’appropriation et de l’opérationnalisation des projets de transition écologique afin d’impulser des changements de pratiques. Par ce projet nous allons en quête des signaux faibles de la transition écologique.

Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP