RECYLUSE : lancement du projet sur la recyclerie du futur


  14 février 2018

Le projet RECYLUSE, living labs de réutilisation, réparation et reconception a officiellement démarré en janvier 2018. Ce projet est financé par l'ADEME dans le cadre de l’appel à projet TEES (Transitions Ecologiques, Economiques et Sociales) pour une durée de 2 ans (2018-2020). Il est porté par le LEESU (Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains) de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées et l’APESA.

RECYCLUSE a pour objectif de participer à l’émergence de la recyclerie du futur par la reconnaissance du recours au réemploi. Ainsi, des recommandations seront formulées pour la structuration de réseaux territoriaux de réparation. Elles s'adresseront aussi bien aux porteurs de projets (pouvoirs publics, associations...) qu'aux acteurs de ces réseaux pour intégrer au coeur de leurs activités les enjeux de réparation. 

La communauté de communes Cœur de Savoie et le territoire d’implantation du syndicat de traitement des déchets Bil Ta Garbi  (Pays Basque) ont accepté d’être partenaires et terrains d’étude.

Concrètement, le LEESU et l’APESA effectueront un ensemble d’entretiens auprès des acteurs liés à la réparation (recycleries, acteurs publiques, ONG, artisans) puis déploieront des « living lab » (ou ateliers collaboratifs) pour observer et capitaliser sur les échanges entre experts métiers.

Appuyée par la présidente de la communauté de communes cœur de Savoie, la journée de lancement a eu lieu à Montmélian, fin janvier 2018, auprès d’une vingtaine d’acteurs. Cette réunion a permis de présenter le projet et d’engager les discussions lors d'un premier atelier pour définir, ensemble, un première vision partagée de la recyclerie de demain.

Voir aussi d'autres actualités de la même catégorie

Le prix du carbone

12 février 2021
La traduction de l’urgence de décarboner peut s’incarner par un prix interne du carbone, reflet de la valeur tutélaire française proposée par l’État. L’APESA travaille aujourd’hui activement à traduire en termes monétaires l’impact sur les émissions des actions menées en matière de décarbonation Cela permet à nos partenaires de mieux cibler leurs investissements dans un contexte de forte augmentation du prix ...



Dialogue territorial

12 février 2021
Décarboner l’économie, c’est aussi passer par l’utilisation du sous-sol, soit pour stocker le CO2, soit pour stocker temporairement de l’Hydrogène, soit pour produire de l’énergie renouvelable décarbonée (géothermie). Depuis plusieurs années, l’APESA a développé une expertise d’intégration territoriale et de dialogue territorial sur ce type de projet, apports et réflexions essentiels pour la mise en œuvre des projets. Aujourd’hui l’APESA ...



Des microalgues pour capter le CO2 industriel

12 février 2021
Pour se développer les microalgues ont besoin de capter du CO2, contribuant à la décarbonation. Ces micro algues peuvent ensuite être valorisées en un spectre de différents poduits : molécules d’intérêt, fertilisants, biomastériaux, biocarburants. A travers plusieurs projets, l’APESA a développé une forte compétence de production de microalgues et tout en valorisant du CO2 industriel et des effluents agricoles et ...



Une opération de dialogue territorial " trois étoiles"

15 décembre 2020
Lors de l'édition 2020 des Trophées de la participation et de la concertation organisés  par Décider Ensemble et la Gazette des Communes , la  démarche de concertation  que nous avons menée en tandem avec un de nos partenaires bordelais pour le SPPPI (Sécrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles) en région PACA sur le sujet de la qualité de l’air ...



Centre technologique des transitions

TOP