L'Apesa présente au Congrès avniR


  29 novembre 2018

Le congrès AvniR est organisé depuis 8 ans en région Hauts-de-France pour promouvoir la transition écologique et énergétique dans le cadre de la démarche troisième révolution industrielle impulsée par la région.

La conférence rassemble des spécialistes de l’éco-conception et de l’adaptation des bâtiments et des processus industriels aux enjeux environnementaux. L’Apesa participait cette année autour de deux thématiques :

Les méthodes de stimulation de la créativité pour l’éco-conception 

Flore Vallet (IRT SystemX - CentraleSupélec) et Cyril BALDACCHINO (Apesa) ont présenté les travaux issus du projet  ALIENNOR.

Avec un prélèvement annuel de matières premières d'environ 60 milliards de tonnes, la population mondiale consomme environ 50% de ressources naturelles de plus qu’il y a 30 ans. Concevoir des produits respectueux de l’environnement est crucial mais les méthodes d’écoconception ne suffisent plus et les outils et méthodes développés pour accompagner le processus d’éco-innovation ne sont pas satisfaisants.

L'intervention de FLore et Cyril a pour objectif de présenter certains résultats du projet de recherche ANR ALIENNOR. Plus spécifiquement, ils présentent un ensemble inédit de Mécanismes de Stimulation d’Éco-idéation (MSE) à la fois didactiques et précis, explorant des dimensions systémiques relatives à la soutenabilité, peu exploitées jusqu’alors et pourtant très prometteuses. Ces mécanismes permettent de s’extraire du périmètre technique du seul produit pour éco-innover plus globalement vers de nouveaux modèles économiques durables.

La monétarisation des impacts environnementaux estimés par l’analyse du cycle de vie (ACV)

Louis Dupuy a présenté la contribution de l’Apesa au projet MODEXT cofinancé par l’ADEME et la fondation 2019, piloté par EVEA conseil.

La monétarisation des ACV est une question récurrente en éco-conception afin de comparer les bénéfices et les coûts économiques, environnementaux et sociaux. Les travaux de l’Apesa montrent qu’il est possible de valoriser les indicateurs ACV avec des prix moyens par pays (valeurs tutélaires). Cependant, dans la perspective du chef d’entreprise, une monétarisation basée sur les coûts d’approvisionnement et de gestion semble plus pertinente pour guider la sélection des processus de conception.

 

Voir aussi d'autres actualités de la même catégorie

Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP