BIO-GNV : utiliser le biogaz de méthanisation pour les véhicules


  31 août 2017

Après avoir participé à l’émergence du projet de traitement d’ordures ménagères par méthanisation du syndicat de traitement de déchets Bilta Garbi , l’APESA a réalisé en 2016 une étude sur la mise en place d’une filière GNV (Gaz Naturel Véhicule) utilisant le biogaz de ce méthaniseur.

Dans ce cadre, un recensement des différents consommateurs potentiels de GNV a été réalisé auprès d’acteurs privés et publics. Ce travail a dans un 1er temps permis de quantifier les besoins et de connaitre la fréquence d’utilisation des flottes concernées. A partir de ce travail peu(ven)t être dimensionnée(s) la/les station(s) GNV en adéquation avec le besoin.

Le travail réalisé a permis de faire apparaitre quelques tendances :  

  • Le gaz distribué à la station, même s’il provient d’une station de méthanisation implantée à proximité, doit être acheté sur le réseau de distribution au cours de marché,
  • L’achat de gaz sur le réseau de distribution permet de s’affranchir d’un stockage sur le site de la station GNV (adéquation offre/demande),
  • La conversion d’une flotte au GNV doit être aidée (consommateurs de GNV) pour compenser les surcoûts liés à l’investissement, à la maintenance… mais aussi pour inciter à consommer du GNV dont le réseau de distribution est bien moins développé que ceux des carburants conventionnels (essence, gazole, GPL) ou électriques.

Le bilan environnemental de la filière GNV 

L’agence de l’énergie Allemande a publié en 2007 un document sur le rôle du gaz et du biométhane dans le mix de carburant. De cette étude ressort une comparaison entre les émissions de gaz à effet de serre de différents carburants , qui montre l’avantage majeur du BIO-GNV.

Emission de GES du puits à la roue (eq g CO2/ km) (Source : Agence de l’énergie Allemande)

Voir aussi d'autres actualités de la même catégorie

Parution de la Feuille de route de l'Economie circulaire

26 avril 2018
Le 23 avril dernier, le Gouvernement présentait une Feuille de route pour une économie 100% circulaire. Elle sera déployée avec une trajectoire pluriannuelle "pour laisser le temps aux acteurs de s'adapter". L'Apesa par les expertises et les projets dans lesquelles elle est engagée consolide sa position d'interlocuteur de proximité pour accompagner entreprises et territoires dans leurs initiatives visant à s'inscrire dans cette Feuille de route.


Développer la méthanisation

29 mars 2018
A l’heure où Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, détaille les 15 propositions pour développer la méthanisation, l’APESA, l’IFREE et SET Transfert co-signent la brochure « Collectivités & Méthanisation » disponible en version papier et en ligne. L’ambition est de faciliter, accompagner et participer à l’installation d’unités de méthanisation agricole dans les territoires de Nouvelle Aquitaine.


Concertation à Oloron

28 mars 2018
L’APESA porte pour la mairie d’Oloron Ste Marie (64) une concertation sur la valorisation de la biomasse à l’échelle de son territoire. L’ambition est de réunir des acteur·rice·s locaux au sein de groupes de travail pour qu’il·elle·s travaillent ensemble à définir les conditions à réunir pour favoriser la valorisation de la biomasse (méthanisation, bois énergie) dans le cadre de la transition énergétique du territoire.


Lancement du projet transfontalier ORHI

14 février 2018
Le projet transfrontalier OHRI a été lancé mi-février à Mondragon (Pays Basque Espagnol) avec un co-financement FEDER et programme Interreg POCTEFA V-A Espagne-France-Andorre pour la période 2018-2020.
Rassemblant 9 partenaires de Navarre, de la Rioja, d’Euskadi, de Nouvelle Aquitaine et de Midi Pyrénées, dont l’APESA, le projet OHRI ambitionne de promouvoir l’économie circulaire dans l’industrie agro alimentaire sur les territoires du projet.


Centre technologique en environnement et maîtrise des risques, basé sur 4 sites en Aquitaine

TOP